N’Djamena-Tchad : Séance de consultations juridiques

La Ligue Tchadiennes des droits des femmes, en collaboration avec le PILC (Centre juridique d’intérêt public) et APEF (Association pour l’épanouissement des femmes) ont organisé GRATUITEMENT une séance de consultations juridiques. Toutes personnes qui avaient des questions concernant la garde des enfants, les pensions alimentaires, les droits en tant que mère célibataire, etc. sont venues rencontrer nos experts sur la thématique. L’événement a eu lieu aujourd’hui 16 juillet 2021 à 15h 30, au siège du Yali Chad.

Public Interest Law continue de faire son bonhomme de chemin

Après 3 années d’absence, « Le Para Juriste » votre bulletin d’information est de retour.Cette absence a certes été préjudiciable tout d’abord aux para juristes qui ont perdu un outil important d’échange et de communication mais aussi les bénéficiaires et à toute la population de la zone d’intervention du PILC qui recevait gratuitement de l’information sur les droits humains et l’accès à la justice dans ces aspects les plus concrets. Réapparaitre était l’un des grands défis qui se présentait au PILC. Nous sommes ravis et reconnaissants à nos partenaires Pain pour le monde MISEREOR, la République fédérale d’Allemagne, Le fond spécial des Nations Unies pour la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles et le Fond National pour la démocratie (NED) dont le soutient a été essentiel pour la relance du bulletin « Le Parajuriste »

Depuis trois ans, PILC a considérablement grandi et est sur plusieurs fronts aussi cruciaux les uns que les autres. L’accès à la justice comme droit fondamental de la personne humaine, sous-tend toutes les autres thématiques que PILC affronte. Il s’agit notamment de la reconnaissance du statut et de l’amélioration de l’intervention des para juristes, de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, de la gestion de la situation d’urgence créée par la pandémie du COVID19, de la promotion de la démocratie et de l’état de droit, de la redevabilité des gouvernants et des entreprise, l’implication des femmes dans la gestion des conflits et leur participation au processus démocratique. Au regard de cette croissance rapide, PILC est obligé d’adapter sa structure en quatre (04) Hubs. Chaque Hub dispose de 2 Centre d’écoutes secondaires ou sont affectés un animateur chargé de coordonner les activités d’aide légale de prise en charge médicale et psycho-sociale ainsi que de sensibilisation en collaboration avec le para juristes. L’assistance judiciaire est assurée par un poold’avocat affecté à chaque Hub.

Grace à l’action du PILC à travers différents projets pendant les 3 dernières années37.331 personnes ont été sensibilisées parmi lesquelles 24 .116 femmes. 24 Cas de viols et d’abus sexuelles ont été enregistrés dont 18 cas de viols de mineurs.

Ce résultat conforte PILC dont la détermination est de favoriser l’accès à la justice aux personnes démunies qui constituent la frange la plus grande de la société tchadienne, en mettant un accent particulier sur les femmes.  Au Tchad, les femmes sont à plus de 80% touchées par la grande pauvreté qui les empêche d’exercer leur droit.

En plus les femmes sont victimes de violences physiques et morales qui les rendent encore d’avantage vulnérables. La faiblesse de l’état de droit et la quasi inexistence de la démocratie handicapent l’accès à la justice et amène le PILC à emprunter, quand cela est nécessaire la voix de la médiation et/ou l’utilisation des voies de recours non judiciaires.  

PILC travaille à faire reconnaitre aux femmes leurs droits humains et a utilisé d’une manière optimale leur capacité de résilience, leur aptitude à gérer les conflits. C’est pourquoi leur autonomisation économique leur participation aux processus démocratique à tous les niveaux ainsi qu’aux structures de gestions de conflits sont des stratégies que le PILC expérimentera d’ici les 3 prochaines années.

C’est l’occasion de saluerpremièrement l’esprit de sacrifice des membres du Collège des conseillers du PILC qui s’engagent bénévolement à guider et orienter PILC dans cette œuvre noble mais difficile, ensuite du personnel dans son ensemble qui fait montre d’engagement et d’abnégation en s’employant au quotidien, dans des circonstances parfois risquées à accomplir avec professionnalisme leur tâches afin de permettre au PILC d’atteindre ses objectifs.  Les parajuristes sont et restent la cheville ouvrière de l’action du PILC.  Pendant que plusieurs d’entre eux se sont désengagés pour des raisons diverses parmi lesquelles la question de la prise en charge financière, beaucoup continuent d’accomplir leurs tâches avec amour et abnégation pour le bonheur de leur communauté. Pour pallie run temps soit peu, la question de la motivation des PJ un fonds de défraiement est créé et attend la contribution de toute bonne volonté. Que Dieu bénisse les Para Juriste et le PILC

N’Djamena-Tchad: PILC forme les femmes leaders sur les questions électorales

Dans le cadre de son projet “Implication des femmes aux processus électoraux” financé par le Fonds National pour la Démocratie (NED), Public Intrest Law Center forme depuis hier les femmes leaders sur les questions électorales. L’objectif de cette formation est de contribuer au renforcement de capacités des femmes leaders, des associations de la société civile et celles des partis politiques sur leur participation au processus électoraux.

N’Djamena-Tchad : PILC forme les leaders traditionnels, religieux, et les agents de sécurité sur les Violences Faites aux Femmes et aux Filles

La salle multimédia du CEFOD a abrité deux jours (16/05/-17/05/ 2021) un atelier sur le thème violences faites aux femmes et aux filles. L’objectif de cet atelier est de contribuer à l’éradication des violences afin de favoriser le respect des droits humains de la femme et sa participation effective au processus de développement.

Formations des Parajuristes

PILC a formé à N’Djamena et à Moundou en Décembre 2020 les parajuristes et animateurs afin de renforcer leur connaissance des VFFF et qu’ils sachent identifier les viols et les abus sexuels.

A la fin de la formation, les participants se savent capables de restituer la formation à leurs pairs, comprennent et maîtrisent parfaitement le processus de prise en charge des survivantes des VFFF.

Formation des Militaires et Policiers

PILC a formé les Forces de l’ordre qui font partie du groupe de bénéficiaires secondaires du 05, 07 et 08 Octobre 2020. Ils auront la charge notamment de:

  • Former à leur tour leurs pairs au respect des droits de la femme et à la nécessité de l’engagement dans la lutte contre les VFFF
  • Offrir un accueil propice aux victimes des VFFF dans les commissariats
  • Adapter promptement les interventions dans les services de police secours
  • Dénoncer et lutter contre les VFFF.

Formations des leaders religieux

Le PILC dont la stratégie d’intervention est de s’attaquer aux causes fondamentales des violations des droits humains au Tchad, en favorisant l’accès aux voies de recours judiciaires et non judiciaires des personnes démunies, particulièrement les femmes et les enfants, voudrait engager les acteurs clés que sont les leaders Religieux et Traditionnels dans sa dynamique de lutte contre les VFFF, afin de maximiser son impact en faveur du respect des droits des femmes et des filles.

Ils auront la charge notamment de:

  • Former à leur tour leurs pairs au respect des droits de la femme et à la nécessité de l’engagement dans la lutte contre les VFFF

  • Sensibiliser les communautés au respect des droits de la femme

  • Prendre des positions claires quant à la lutte contre les VFFF

  • Dénoncer et lutter contre les VFFF.

A l’issue de la formation du 29 septembre au 01 octobre 2020, les leaders religieux et traditionnels savent identifier les abus sexuels et viols comme étant des pratiques néfastes ; ils comprennent leur rôle et responsabilité dans la lutte contre les VFFF et changent de comportement ; ils sont capables de restituer la formation à leurs pairs et acceptent de s’engager dans la lutte contre les VFFF.

formation des journalistes sur VFF

PILC dans l’une de ses stratégies pour lutter contre les VFFF a formé du 20 au 22 août 2020 les journalistes au CEFOD les journalistes qui font partie du groupe de bénéficiaires secondaires et qui auront la charge notamment de:

  • Sensibiliser les communautés au respect des droits de la femme

  • Dénoncer et lutter contre les VFFF

Les résultats attendus de cette formation sont que les journalistes:

  • comprennent leur rôle dans la lutte contre les VFFF

  • animent des émissions sur les VFFF et écrivent des articles de presse

  • acceptent de s’engager dans la lutte contre les VFFF en prévenant et dénonçant tout acte de violence contre les femmes et filles.